Pourquoi le Grand Paris ?

Initié en 2007 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, le projet du Grand Paris a pour ambition de transformer l’agglomération parisienne en une grande métropole du XXIème siècle, à même d’assurer son rang dans la compétition des mégalopoles internationales. Le projet passe par l’amélioration du cadre de vie des habitants, la correction des inégalités territoriales et la construction d’une ville durable.

Le contexte

Paris fait aujourd’hui face à un double défi :

  • En tant que capitale inscrite dans l’économie mondialisée, rivalisant avec des métropoles comme New-York, Londres ou Tokyo, elle doit asseoir son statut de «ville-monde». Pour ce faire, elle doit répondre aux engagements du protocole de Kyoto, tout en construisant des logements et en améliorant son offre de transports, entre la banlieue et le centre, et de banlieue à banlieue.
  • En parallèle de cette ambition internationale, elle doit veiller à préserver son histoire et son patrimoine – deux atouts majeurs de Paris à l’étranger.

Le constat 

L’Ile-de-France ne tire pas pleinement parti de son potentiel humain et économique pour faire face à la concurrence accrue des métropoles mondiales

Paris et l’Ile-de-France, c’est aujourd’hui :

  • Une entité urbaine de taille mondiale, dont l’extension s’est faite autour de Paris et qui rassemble près de 12 millions d’habitants, tout en s’affichant comme la première région économique d’Europe.
  • Une capitale à la superficie restreinte
  • … Mais une des plus fortes densités urbaines au Monde et une croissance démographique forte ;
  • Une vie économique et sociale très centrée sur Paris ;
  • Des flux domicile-travail qui convergent majoritairement vers Paris, en raison du tracé actuel du réseau de transports (et notamment celui du RER) : un réseau très étendu mais vieillissant, et ne connectant pas les villes périphériques entre elles ;
  • Une autoroute urbaine (le boulevard périphérique) qui ceinture Paris, érigeant une coupure nette avec la banlieue.

Le projet 

Imaginer un Paris plus grand et apporter des réponses en matière de transports, d’urbanisme et de gouvernance

Les grandes dates du projet
26 juin 2007 Annonce du lancement du projet du Grand Paris par le Président Nicolas Sarkozy à l’occasion d’un déplacement à Roissy.
Juin 2008 – avril 2009 Consultation internationale de dix équipes d’architectes-urbanistes sur le développement de la métropole parisienne.
16 juillet 2009 Au Havre, le Président Nicolas Sarkozy insiste sur la nécessité pour le Grand Paris de devenir une métropole maritime.
30 octobre 2009 Création de l’Atelier International du Grand Paris.
20 mai 2010 Adoption de la loi sur le Grand Paris par le Parlement.
3 juin 2010 Création de la Société du Grand Paris.
26 janvier 2011 Fusion des projets d’Arc Express (Région) et du Grand Paris (Etat) pour donner naissance au futur Grand Paris Express.
Mai-juin 2012 Changement de majorité présidentielle et parlementaire en France.
6 mars 2013 Confirmation de la réalisation du projet du Grand Paris par le nouveau gouvernement.

La Genèse

Le Grand Paris est l’enfant spirituel de Nicolas Sarkozy et de Christian Blanc, ex-secrétaire d’Etat au développement de la région capitale. En mai 2004, ce dernier publie un rapport intitulé Pour un écosystème de la croissance, dans le cadre d’une mission sur le développement économique que lui avait confiée le Premier ministre de l’époque, Jean-Pierre Raffarin. Il y constate l’organisation hypercentralisée de la France et de l’Ile-de-France en particulier, qui prive le pays de réactivité et de capacité d’innovation. Il recommande entre autres la création de pôles de compétitivité (« clusters »). Il y stipule la nécessité d’un « acteur territorial fort et incontesté, à même de catalyser les dynamiques et d’aligner les efforts dispersés ». Ces constats ont indéniablement inspiré les projets actuels du Grand Paris.

Ambition

L’ambition du Grand Paris, c’est d’apporter :

  • Des réponses en matière de transports : au travers d’une offre améliorée, répondant aux nouveaux besoins, et favorisant une plus grande attractivité de la région. C’est le projet du Grand Paris Express, qui s’appuie à la fois sur l’ouverture de nouvelles lignes, et la modernisation et l’extension de lignes existantes, avec pour objectif de relier les zones d’habitat, les aéroports, les grands pôles de compétitivité et les bassins d’emploi.
  • Des réponses en matière d’aménagement du territoire : afin de faire tomber la frontière entre Paris et sa banlieue, et d’apporter des solutions aux enjeux de désindustrialisation, de crise des banlieues, d’environnement et d’énergie, etc. Par exemple au travers du développement de pôles de compétitivité (ou « clusters ») et de la mise en place de Contrats de Développement Territorial.
  • Des réponses en matière de gouvernance : afin de mettre fin aux « mille-feuilles » institutionnels, sources de complexité et de rivalités entre les différents acteurs – communes, région, Etat ; le Grand Paris requiert l’invention d’un nouvel outil de gouvernance commun.

Le projet envisage le développement de Paris à plusieurs échelles :

  • A l’échelle locale, afin d’effacer la distinction entre Paris et sa banlieue et de réduire les déséquilibres sociaux et territoriaux ;
  • A l’échelle nationale, avec l’intention de renforcer le rôle de l’Ile-de-France dans la croissance française ;
  • A l’échelle internationale, en faisant de la Région Capitale une « ville-monde », ayant vocation à être la vitrine de la France et lui permettant de tenir son rang dans la compétition économique du XXIème siècle.

L’ambition du Grand Paris de demain en 10 idées fortes :

  1. Une ville de Paris mieux armée pour défendre son statut de ville-monde, au travers de la conduite de grands projets emblématiques,
  2. Une métropole de la connaissance dont le développement économique s’appuiera sur la création ou le renforcement de grands pôles de compétitivité,
  3. Une métropole plus intense, 
  4. La route et le transport routier repensés, et une offre de transports publics renforcée,
  5. Des centres urbains créés ou renforcés,
  6. Des quartiers mieux intégrés,
  7. Des ceintures vertes préservées,
  8. La mise en valeur de la Seine et de ses affluents, comme fils conducteurs de la métropole,
  9. Une gouvernance adaptée, afin de permettre un développement plus harmonieux et cohérent,
  10. Et donc… Un Grand Paris durable.
Source : Atelier International Du Grand Paris