La Démographie du Grand Paris

L’Ile-de-France, un géant démographique

L’Ile-de-France abrite 12,1 millions d’habitants, répartis sur 8 départements, ce qui en fait la région française la plus peuplée, et l’une des agglomérations les plus peuplées au monde. Elle s’étend sur seulement 2% de la superficie du territoire national, mais concentre 18% de la population métropolitaine.

  • C’est la 25ème agglomération au monde en termes de population : derrière Tokyo (37,7 millions), New York (22,2 millions), Shanghai (18,6 millions)…etc.
  • Et la 1ère agglomération la plus peuplée en Europe, devant Londres (8,5 millions).
  • Avec 2,2 millions d’habitants (soit 19 % de la population de l’Ile-de-France), Paris est la commune la plus peuplée de France. La densité de population y est particulièrement élevée, réunissant un grand nombre d’habitants sur une superficie relativement réduite. La densité de population dans Paris intra-muros atteint en effet des niveaux records, supérieurs à 20 000 habitants au km², hissant Paris au-dessus de certaines grandes métropoles mondiales américaines ou asiatiques. En revanche, le territoire est beaucoup moins densément peuplé hors de Paris, en première et deuxième couronnes. Au final, la densité de population au global de l’Ile-de-France atteint des seuils bien inférieurs à la majorité des grandes mégalopoles européennes, laissant un potentiel de développement futur à l’agglomération.

Une population qui se distingue par sa jeunesse, son niveau de qualification et sa part d’étrangers

Paris et sa région réunissent une population particulièrement jeune et qualifiée par rapport à la moyenne française :

  • Les 20 à 39 ans représentent 34% de la population à Paris et 29% de la population d’Ile-de-France, contre 25% seulement à l’échelon national.
  • Les cadres représentent 28% de la population à Paris et 17% de la population d’Ile-de-France, contre 9% seulement à l’échelon national.
La part d’étrangers est aussi plus importante en Ile-de-France que dans les autres régions françaises :
  • Ils sont 15% à Paris et 11% au total de l’Ile-de-France, contre 6% seulement à l’échelon national.

Une agglomération qui ne cesse de grandir, boostée par son important taux de natalité

En Ile-de-France, comme dans le Grand Londres, c’est le solde naturel qui dynamise la démographie : le nombre de naissances est nettement supérieur à celui des décès, et l’excédent naturel y est de l’ordre de 110 000 personnes par an. Ce dynamisme distingue l’Ile-de-France à l’échelon national, et la région francilienne recense 1 naissance sur 4 en France. Il est manifeste également à l’échelle de l’Europe.

  • Avec 184 500 naissances annuelles, l’Ile-de-France dépasse le nombre de naissances des Pays-Bas (dont la population dépasse les 16 millions), et s’établit à la moitié du chiffre enregistré en Pologne (dont la population est de plus de 38 millions d’habitants).
En revanche, le solde migratoire de l’Ile-de-France est négatif depuis 30 ans, les départs étant supérieurs aux arrivées – même en intégrant les arrivées venues de l’étranger. Comme dans toutes les grandes métropoles occidentales arrivées à maturité, le nombre de départs de l’Ile-de-France vers la province est en effet très nettement supérieur à celui des arrivées de la province. Si l’Ile-de-France est attractive pour les populations étudiantes et les jeunes actifs, en raison de sa concentration d’universités et de son activité économique, elle recense de nombreux départs à deux périodes charnières de la vie : lorsque la famille s’agrandit – et que la nécessité d’avoir un logement plus grand se fait sentir, et au moment de la retraite.
Et en 2030 ? D’après les projections de l’INSEE, en 2030 l’Ile-de-France comptera près de 12,4 millions d’habitants et sera la seule région française à dénombrer plus de personnes de moins de 20 ans que de 60 ans et plus. Le vieillissement y sera en effet moins important qu’ailleurs, en raison de son profil démographique singulier : un excédent migratoire sur les populations jeunes, combiné à un déficit sur les populations plus âgées.