Les champions français du Fortune Global 500 plébiscitent l’Ile-de-France

FORTUNE_500_GRAND_PARIS_JLLChaque année, le magazine américain Fortune publie le classement des 500 plus grandes entreprises dans le monde sur la base de leur chiffre d’affaires. Avec un ticket d’entrée à $ 23,7 milliards, l’édition 2015 révèle un niveau de compétition plus intense que jamais. Le nombre élevé d’entreprises françaises figurant au classement confirme la puissance économique de l’Hexagone, et en tout premier lieu de l’Ile-de-France.

En nombre d’entreprises classées, les Etats-Unis, la Chine et le Japon constituent le trio de tête. Avec 31 entreprises, la France conserve le quatrième rang mondial et occupe toujours la première marche du podium en Europe, devant la Grande-Bretagne et l’Allemagne.

Sur la durée, un pool de multinationales indéboulonnables se maintient en haut du classement mais il n’en va pas de même en bas de liste : les pays émergents, et notamment la Chine, voient leurs champions gagner des places d’année en année. Si le nombre d’entreprises des pays développés dénote une tendance de fond à la baisse, il est cependant resté relativement stable depuis quelques années. Les derniers Global 500 démontrent notamment la forte résistance des entreprises françaises.

Rang en 2010Nombre d’entreprises au Global 500Rang en 2015
201020112012201320142015
1Etats-Unis1411351341321311211
2Japon7168686257943
3France4036333132314
4Allemagne3633312927286
5Grande-Bretagne2928252727295
6Chine4762748995982

A deux notables exceptions près (Michelin à Clermont Ferrand et Auchan à Croix, près de Roubaix), les sièges sociaux des 31 entreprises françaises classées par Fortune sont situés à Paris ou en Ile-de-France. Cette concentration élevée de très grandes entreprises françaises trahit la surpondération économique de la région parisienne.

Outre Paris, de nombreuses communes du Grand Paris voient leur attractivité se renforcer, un nombre croissant de sièges sociaux s’y installant au fil des ans : le Crédit Agricole à Montrouge et la SNCF à Saint-Denis en 2012, SFR à Saint-Denis en 2013, L’Oréal à Levallois-Perret en 2014. Le géant des cosmétiques a par ailleurs effectué pas moins de cinq mouvements en trois ans, la surface totale des bureaux concernés excédant les 110 000 m². Il est probable que la dynamique s’accélère. Ainsi, PSA quittera en 2017 son siège parisien historique pour s’installer à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) et Poissy (Yvelines), dans l’ouest de la capitale. AccorHotel quant à lui vient d’annoncer son installation à Issy-les-Moulineaux, en première couronne.

Rang en 2015Les 10 premières entreprises françaises du Global 500Siège social
11TotalCourbevoie (Ile-de-France)
20AXAParis
42BNP ParibasParis
49Société GénéraleSiège à Paris, état major à La Défense
58Crédit AgricoleParis
64CarrefourBoulogne-Billancourt (Ile-de-France)
73Engie (ex GDF Suez)Courbevoie (Ile-de-France)
78Electricité de FranceParis
128

 

PSA Peugeot CitroënParis
129AuchanCroix (Nord)
148Groupe BPCEParis

La vitalité des plus grands groupes français mise en lumière par le Global 500 fait de la France un acteur majeur de la compétition mondiale. Elle a pu inciter un certain nombre d’entreprises étrangères à établir leur siège européen à une adresse parisienne ou à privilégier l’une des communes les plus actives du Grand Paris. Ainsi, Microsoft a établi dès 2009 son siège EMEA à Issy-les-Moulineaux. Selon l’étude Global Cities Investment Monitor 2015 (KPMG, Paris-Ile de France Capitale Economique), Paris occupe le troisième rang mondial en termes d’investissements stratégiques, dont les sièges sociaux font partie, et le deuxième pour les centres de recherche régionaux. Par exemple, le leader des semi-conducteurs Intel a choisi l’Essonne pour implanter Exascale, son premier laboratoire de recherche européen dédié au big data.

La localisation en Ile-de-France de l’immense majorité des plus grandes entreprises françaises et de nombre de multinationales étrangères est un facteur indéniable de dynamisme immobilier. Leur présence explique l’importance du marché immobilier francilien à la fois en volume et en nombre de grandes transactions importantes. Ainsi, 20 transactions de plus de 5 000 m² ont été enregistrées sur les six premiers mois de l’année, dont deux dépassaient 30 000 m².

LesGroues_Rapport